Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Saveur indienne métisse

Cuisine inspirée et nourriture spirituelle : un blog pour partager avec vous mes recettes culinaires inspirées par mes origines indiennes et mes voyages. J'essaie de démystifier les préparations sophistiquées pour les rendre accessible à tous. Merci pour vos suggestions. Djodi "Tout ce qui n'est pas partagé est perdu pour toujours" Rabindranath TAGORE, poète indien

Indienne ou française ?

Mes parents à Lourdes en 1962

Mes parents à Lourdes en 1962

Cette question m'a taraudée l'esprit pendant les deux dernières décennies...

Je suis née à Pondichéry, un ancien comptoir français en Inde, de parents indiens avec la nationalité française : mon père était un ancien combattant de l'armée de terre française et mon grand-père maternel était militaire aussi. Mon père a combattu en Algérie, Indochine, Centrafrique... et a fini sa carrière à Marseille.

Je suis venue au monde, une fois que mes parents étaient repartis à Pondichéry, à la retraite de mon père. J'étais scolarisée dans un collège français catholique et ensuite au Lycée Français, les profs étaient majoritairement Français de souche. A la maison, je parlais ma langue maternelle le tamoul et à l'école le français. J'étais baignée dans la double culture franco-indienne.

J'allais au défilé du 14 juillet avec mon père, déposer une gerbe au monument aux morts et chanter la marseillaise ! Si, si, je sais la chanter !! Dans ma famille, la plupart de mes oncles et cousins sont des militaires français. Cousins-cousines, camarades de classe, on était des enfants de la République. 

Dans ma tête pas de doute, j'étais bien Française jusqu'à ce que... 

Ecole Saint Joseph de cluny à Pondichéry

Ecole Saint Joseph de cluny à Pondichéry

Je suis arrivée en France pour continuer mes études, il y a plus de 25 ans...

Je me suis vite rendue compte que les métropolitains ne me voyaient pas comme une des leurs (même si je suis Française de 3ème génération, certes ce n'est pas écrit sur mon front), à leurs yeux je reste une "étrangère", une fille de couleur qui vient d'un pays sous-développé pour trouver un meilleur avenir en France !

Je m'abstiens volontairement de détailler les commentaires et reproches explicites ou implicites, à connotation raciale, que j'ai entendus au fil des années !

La discrimination est surtout présente dans le milieu professionnel : je suis obligée de fournir deux fois plus de preuves pour faire valoir mon travail, faire plus de compromis que les autres collègues pour pouvoir garder un poste, me battre bien plus pour "vendre" mes compétences... Bref gagner en légitimité !

Les critères de sélection ne sont pas toujours basés sur les compétences professionnelles, certains employeurs vont jusqu'à préciser leur préférence ethnique aux recruteurs ! Cela ne sert à rien de rentrer en guerre : les discriminations indirectes ont toujours existé, comme tout est opaque difficile de prouver cette hypocrisie sociale : pot de terre contre pot de fer. 

C'est peut être plus facile de passer "inaperçue" dans les grandes villes, et moins de préjugés peut être grâce au melting pot culturel, mais ce n'est pas gagné quand j'entends mes compatriotes...

Pendant des années, j'ai culpabilisé en pensant que c'était moi : ma personne, ma façon d'être, mes capacités... Donc bilans, formations, remise en cause pour progresser toujours plus !

Je m'étais peu à peu repliée sur moi-même : c'est douloureux de ne pas se sentir acceptée, quand on ne trouve pas sa place, quand on n'a pas sa famille d'origine et qu'on fait des efforts constants pour aller vers les autres... Je n'aurais jamais pensé devoir batailler autant pour m'intégrer dans un pays dont j'ai appris l'histoire et la géographie au collège !

Mon père n'avait pas compris non plus quand je lui ai parlé de la xénophobie en France, tellement d'étrangers comme lui s'étaient battus à ses côtés pour défendre ce pays ! Lui qui était dévoué, de son vivant, à sa patrie qui l'a récompensé avec la légion d'honneur, comment peut-il en être autrement pour sa fille ? Son chauvinisme a pris un coup !

L'ironie du sort c'est que pour retourner dans mon pays natal, j'ai besoin d'un visa car je n'ai pas droit à la double nationalité. Aux yeux de l'administration indienne, je suis Française donc étrangère !

http://www.saveurindiennemetisse.com/2015/04/pondichery-dans-les-allees-de-mon-enfance.html

Hervé DURIEUX Consul de France - arbre de noël  au Foyer du Soldat à Pondichéry

Hervé DURIEUX Consul de France - arbre de noël au Foyer du Soldat à Pondichéry

Après plusieurs années d'introspection, de hauts et de bas, de remises en question...
J'ai décidé de ne plus me poser en victime, c'était à moi de changer : je me suis redressée et me suis affirmée. Ca a déménagé dans mon entourage dans les mois qui ont suivi, au sens propre et au sens figuré !

Le communautarisme existe aussi dans certains coins de la France, où il est compliqué de faire son trou quand on n'est pas "couleur locale" ! On m'avait conseillé de partir dans une autre région, mais j'ai décidé de persévérer coûte que coûte... Les mentalités doivent changer !

Je ne ressens plus le besoin d'obtenir l'approbation des autres pour me sentir légitime ici.
J'ai vécu plus longtemps en France qu'en Inde, alors je fais partie du paysage local qu'on le veuille ou non ! C'est de la résistance passive, même si je dois en payer le prix... 

Depuis mon cercle s'est transformé avec des gens ouverts et bienveillants, triés sur le volet !
Un arbre sans racines est un bout de bois
Même si mes racines sont en Inde, je suis bien ancrée dans ma terre d'adoption, vivante !

                                                   je suis ce que je suis  Djodi

Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde. GANDHI

Retour à l'accueil

Partager cette page

Repost 0

À propos

Djodi

Native de Pondichéry (Inde), mes préférences culinaires tendent vers les plats de mon enfance métissés avec ceux des pays visités. J'ai créé ce blog pas seulement pour partager sur la cuisine et l'épanouissement de soi mais aussi pour relier les gens entre eux, amener à réfléchir les uns et les autres sur des sujets dont ils ne se seraient jamais intéressés, les ouvrir à de nouveaux horizons, bref si je peux aider les autres à avancer aussi... ! Merci pour vos commentaires. Djodi
Voir le profil de Djodi sur le portail Overblog