Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saveur indienne métisse

Cuisine inspirée et nourriture spirituelle : un blog pour partager avec vous mes recettes culinaires inspirées par mes origines indiennes et mes voyages. J'essaie de démystifier les préparations sophistiquées pour les rendre accessible à tous. Merci pour vos suggestions. Djodi "Tout ce qui n'est pas partagé est perdu pour toujours" Rabindranath TAGORE, poète indien

La colère des aubergines

La colère des aubergines

Ce n'est pas une rebéllion de légumes ! Mais des démonstrations d'amour, petits jeux de pouvoir et règlements de compte, à travers la nourriture, qu'exercent celles qui tiennent les rênes dans la cuisine des maisonnées indiennes ! Un délicieux petit recueil d'histoires parsemé de recettes indiennes toutes aussi savoureuses les unes que les autres ! C'est l'originalité de ce livre de Bulbul Sharma ! Je vous invite à parcourir les critiques d'une connaisseuse :

Savoureux, succulent, exquis, délicieux, appétissant, alléchant, goûteux, épicé, pimenté....
Ces récits sont autant un régal pour les yeux que pour les papilles !

Transportez-vous en Inde, et laissez-vous compter les aventures de Dida, de Buaji, de Bala, de Vinod, de Priti, de Mme Kumar, de Gopal Sen, de Nath, de Sumitra, de Soni, de Maaji, de Mani, et de Reshma. Ces femmes et ces hommes nous livrent, par la plume alerte de Bulbul Sharma, des épisodes de leurs vies, où l'amour cohabite avec la jalousie, la gourmandise avec le jeûne, le mariage avec la séparation... 

Laissez-moi vous parler de Vinod... Il est pris "en sandwich" entre sa mère et son épouse. L'une et l'autre rivalisent chaque jour, à chacun des repas, pour lui offrir "le meilleur" : c'est une surenchère permanente qui provoque en lui des aigreurs d'estomac et quelques flatulences désagréables. Mais pas davantage ; il en vient à rêver d'une vraie hypercholestérolémie ou d'un diabète sévère, qui lui permettraient d'échapper à la pression alimentaire des deux femmes. Mais non ! il réussit à survivre dans de bonnes conditions de santé. C'est d'autant plus difficile que sa jeune épousée n'a rien d'une "mère Poulard" et que ses mets sont difficiles à digérer. Je ne vous dirai pas par quel merveilleux événement il réussira à échapper aux deux cuisinières concurrentes aussi aimantes l'une que l'autre : laquelle aura le dernier mot ? 

Ces courts récits sont une pure merveille : ils nous parlent du quotidien de l'Inde avec humour, sagesse et réalisme. On pénètre dans l'intimité de ces familles, parfois la plus secrète, la plus personnelle. On découvre la vie de tous les jours dans ce pays : le rôle de l'Amah, la nourrice, de la Dadi, la grand-mère, de la Bua, la tante paternelle, de la Didi, la grande soeur, du Pradhan, le chef de village, du Bhaiya, le frère.
L'auteur nous décrit les rituels sacrés : le Rakhi, jour au cours duquel les femmes passent au poignet de leurs frères (ou de ceux qu'elles considèrent comme tels) un bracelet de fils colorés, pour obtenir protection et cadeaux. le Shradha, rite funéraire au cours duquel on nourrit le défunt et les ancêtres. L'Ekadashi, 11ème jour du mois lunaire, en rappel de l'intervention du dieu Vishnou, qui sauva ce jour-là l'humanité.

Les psychologies des uns et des autres y sont subtilement dépeintes : les personnages sont bien campés dans une culture qui nous est dévoilée avec finesse et un brin de malice : comment ne pas se délecter de la façon dont nous est décrite l'angoisse de Gopal Sen, fils de Sita, époux de Malati, père de Kajol, lors du voyage en train qui les ramènent de leur pèlerinage annuel à Hardwar, pour le bain dans le Gange sacré. Il s'est légitimement investi de la mission de protéger les trois femmes pendant le trajet. Mais tout représente danger dans son cerveau paranoïaque ! "Ne fais jamais confiance aux hommes qui portent des chaussettes de couleur [...]. Ils le font pour séduire les femmes... celles des autres, pas les leurs". Il est envahi par des centaines d'idées préconçues : "Les femmes doivent toujours manger à la cuisine, après les hommes [...]. Comme elles sont laides quand elles mâchonnent comme des vaches, avec leurs dents toutes tachées de mangeaille"... "Ne mange sous aucun prétexte le poulet qu'on te sert dans le train. Ce n'est jamais du poulet, c'est du corbeau"..."Comme la vie est dangereuse dès qu'on quitte les quatre murs de chez soi". Et pendant que ses angoisses irrationnelles le submergent, les femmes font joyeusement bombance !

Ce voyage en train est inénarrable ! Mais, il nous fait découvrir aussi les paysages de l'Inde, et la pauvreté de ceux qui vivent le long de son passage. Je ne vous ai pas encore dit ... ce livre est aussi un savoureux recueil de recettes, toutes plus appétissantes et colorées les unes que les autres. BIENVENUE EN INDE 

Source :  http://LIRE-LIER.BLOGSPOT.COM/
http://livresouverts.canalblog.com/

Un autre roman indien : une bonne épouse indienne
http://www.saveurindiennemetisse.com/2016/07/une-bonne-epouse-indienne.html

P.S. Je ne suis pas rémunérée par l'auteur pour promouvoir son livre, j'ai aimé donc je partage ! Djodi

Rava idlis avec du dhal aux poivrons

Rava idlis avec du dhal aux poivrons

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Djodi

Native de Pondichéry (Inde), mes préférences culinaires tendent vers les plats de mon enfance métissés avec ceux des pays visités. J'ai créé ce blog pas seulement pour partager sur la cuisine et l'épanouissement de soi mais aussi pour relier les gens entre eux, amener à réfléchir les uns et les autres sur des sujets dont ils ne se seraient jamais intéressés, les ouvrir à de nouveaux horizons, bref si je peux aider les autres à avancer aussi... ! Merci pour vos commentaires. Djodi
Voir le profil de Djodi sur le portail Overblog

Commenter cet article